La lettre de Françoise Grolet qui fait polémique

De nombreux Messins ont reçu par la poste ce lundi, ou vont recevoir, une lettre envoyée nominativement par la candidate du Rassemblement national Françoise Grolet. Une démarche qui a choqué certains mais que l’intéressée assume.

Françoise Grolet. Photo RL /Gilles WIRTZ

Lundi matin, de nombreux Messins ont reçu un courrier, sans logo apparent, qui aurait pu être une facture ou un relevé de compte. Mais en l’ouvrant, surprise ! L’enveloppe contient une lettre de la tête de liste Françoise Grolet. Si le contenu reprend les arguments de campagne classiques de la candidate RN aux municipales, de nombreux Messins s’interrogent sur les moyens d’obtention de leurs données.

« C’est une grosse opération »

Les adresses, Françoise Grolet les a obtenues depuis la liste électorale. Elle contient les noms, les dates et lieux de naissances des électeurs, mais aussi les adresses et le numéro du bureau de vote. Cette liste est accessible à n’importe quel candidat ou parti politique, sur simple demande. Seule condition : ne pas en faire une utilisation commerciale.

Mais tout le monde ne recevra pas la fameuse lettre. Contactée, la candidate explique : « J’ai ciblé certaines tranches d’âge, les 25-34 ans et les 50-64 ans ». Cela représente entre 20 000 et 25 000 personnes. « C’est une grosse opération », confie-t-elle. « La plus coûteuse de ma campagne ».

Le but de l’opération à une semaine du premier tour ? « Toucher plus personnellement des personnes qui refusent tout tract politique. Je cherche à remotiver ces électeurs. Leur envoyer un courrier, c’est une manière plus personnelle de les toucher », explique Françoise Grolet.

Une initiative très mal perçue par certains destinataires

Ce lundi, la candidate a déjà reçu des plaintes, dont certaines émanent de Messins présents sur une liste adverse, assure-t-elle. « Je me sens violé », réagit auprès de notre journal un destinataire, qui compte saisir la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) et le ministère de l’Intérieur.

De son côté, la candidate est sereine et assure avoir respecté le RGPD (règlement général de protection des données) entré en vigueur en 2018.

Emile KEMMEL
Publié dans Le Républicain Lorrain le 10 mars 2020
Le Républicain Lorrain (édition de Metz-Orne) – 10/03/2020

Laisser un commentaire