Noviacare : quand la technologie garde un œil sur mamie

Le moment de la maison de retraite est souvent redouté par les personnes âgées qui souhaitent garder leur indépendance le plus longtemps possible. Une entreprise lorraine a conçu un appareil qui veille sur les aînés et rassure les proches.

Grâce au médaillon et aux différents capteurs, l’appareil peut détecter une chute ou une anomalie et donner l’alerte. Photo VM/Émile KEMMEL

Alors que l’espérance de vie augmente, le nombre des seniors progresse également. L’INSEE estime que le nombre de seniors approchera les 25 millions en 2050, dont 4 millions en perte d’autonomie. Une opportunité pour les entreprises de la « silver economie ». La firme lorraine Pharmagest, basée à Villers-lès-Nancy, a décidé de se placer d’ores et déjà sur ce marché qui s’annonce prometteur. Elle a pour cela acquit la société Noviatech, une start-up mosellane spécialisée dans les nouvelles technologies dans le domaine de la santé. Ils ont ainsi développé une « box santé » destinée à prolonger le maintien à domicile des personnes âgées. « Le but est de rassurer les proches et les familles des personnes âgées et seules » explique Dominique Pautrat, directeur général de Pharmagest.

À la pointe de la technologie

L’appareil fonctionne grâce au « machine learning », c’est-à-dire que l’appareil apprend de lui-même les habitudes de l’habitant grâce à des capteurs disposés dans le logement. « Si maman n’est pas sortie dimanche matin alors qu’elle va chaque semaine à la messe, la box va savoir qu’il y a une anomalie » résume le représentant de Pharmagest. « Le but est que ce soit le plus simple possible pour les utilisateurs ». Et l’appareil fait des envieux puisqu’il a été élu meilleur produit de l’année 2018 à la foire d’électronique de Hong Kong ou encore présenté au renommé Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas.

Un partenariat avec Vosgelis

Grâce à un partenariat entre Pharmagest et le gestionnaire de logements Vosgelis, une quinzaine de locataires seniors ont pu bénéficier gratuitement de la première version de l’appareil, puis de la nouvelle version, plus petite et ergonomique, à un tarif préférentiel. « Pour l’instant, il n’a pas encore servi, je touche du bois » assure Jeannine Jeangeorges, qui vit seule dans son appartement de sera prévenu s’il m’arrive Golbey. « Mais ça me rassure de savoir que quelqu’un sera prévenu s’il m’arrive quelques chose ».

Emile KEMMEL
Publié dans Vosges Matin le 13 octobre 2019

Laisser un commentaire