Tony, le taxi écolo qui roule au 100% électrique

Grâce à l’évolution des technologies, le marché des voitures électriques a explosé. Forcément, les chauffeurs de taxi se sont intéressés à ces nouveaux véhicules. À Metz, Tony Pereira est le seul à rouler en voiture 100 % électrique… pour le moment.

Voyant « Taxi » au vert, Tony Pereira attend que les clients montent dans sa Tesla sur la place de la République. Photo RL /Maury GOLINI

Vous l’avez peut-être déjà aperçu dans les rues de Metz, mais peut-être pas entendu. Parmi les 114 taxis de Metz, Tony Pereira est le seul au volant d’une voiture 100 % électrique. Et pas n’importe laquelle : une Tesla Model S, le modèle haut de gamme de la firme américaine spécialisée dans ce genre de véhicule.

Chauffeur de taxi depuis 20 ans avec une voiture thermique, il a commencé à réfléchir pendant un an avant de passer le pas en août dernier : « Je cherchais un véhicule à la hauteur de mes attentes et qui me permet d’exercer mon activité : confortable, avec de l’espace, design mais aussi avec de l’autonomie », énumère-t-il.

Écologique mais aussi économique

Avantage de l’électrique, le véhicule n’émet pas de CO2 dans l’air lorsqu’il est en fonctionnement. Mais c’est aussi une source d’économies : « C’est intéressant pour moi de rouler en voiture électrique, puisque le moteur ne nécessite presque aucun entretien, ni de plein d’essence », explique le chauffeur que ne souhaite cependant pas entrer dans les détails financiers.

De plus, il bénéficie de la gratuité à vie des charges électriques sur les bornes réservées aux voitures du constructeur. « Je recharge souvent à Maizière ou à Houdemont le soir avant de rentrer chez moi. Ça ne dure pas très longtemps, entre 40 et 50 minutes généralement, le temps d’aller boire un café avec les autres taxis ». Et une fois la voiture chargée à 100 %, les batteries lui permettent d’effectuer entre 400 et 450 kilomètres, selon le type de conduite.

Une voiture qui attire l’attention

Après huit mois d’utilisation, Tony ne regrette absolument pas son choix. Du côté des clients, sa voiture intrigue : « Ils me demandent quel modèle c’est. Certains ne remarquent même pas que c’est une électrique », sourit-il. Le taxi a déjà quelques fidèles qui font directement appel à lui

À Nancy, ils sont déjà cinq taxis à rouler en électrique, à Metz, « de nombreux collègues posent des questions et sont prêts à investir dans une voiture électrique », assure le pionnier messin qui est devenu un expert dans le domaine.

Emile KEMMEL
Publié dans Le Républicain Lorrain le 16 mars 2020
Le Républicain Lorrain (édition de Metz-Orne) – 16/03/2020

Laisser un commentaire